Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog du Dr Raphaël Perez

"Prendre sa santé en main" "Créer une meilleure qualité de vie"

En finir avec le mythe des calories

En finir avec le mythe des calories

 

Il était une fois, un chimiste et physicien du nom de Nicolas Clément. En 1824, il définit une unité énergétique, la calorie. Cette dernière représente une mesure de la quantité de chaleur en raison de son origine latine « calor » qui signifie chaleur. La calorie définit la quantité de chaleur nécessaire pour augmenter d’un degré centigrade la température d’un gramme d’eau, et plus précisément de faire passer sa température de 14,5 à 15,5°C sous pression atmosphérique normale. La définition de la calorie est donc fondée sur la capacité calorifique de l’eau.

La théorie de calorie a été très utilisée en diététique et elle est encore très présente dans l’esprit d’une majorité de personnes  ainsi que chez de nombreux professionnels. La valeur alimentaire des produits que nous consommons est principalement établie en calories. Pour s’en rendre compte, il n’y a cas regardé les emballages des produits alimentaires, mais aussi le nombre de livres et de sites internet consacrés aux calories alimentaires. Les calories ont été définies pour mesurer la chaleur, et elles n’ont pas de véritable rapport avec la nourriture.

La théorie des calories semble pourtant évidente. On grossit lorsqu’on ingère plus de calories qu’on n’en dépense. A l’inverse, on mincit en dépensant plus de calories par de l’activité physique et en en ingérant moins par la restriction alimentaire, par la consommation de produits allégés ou par des repas sauter. Toutefois, le corps humain n’est pas une chaudière. Le dogme des calories est très séduisant, mais au fond en y réfléchissant un peu nous savons que le problème est plus complexe que ça. Nous avons tous connu dans notre entourage des personnes qui mangent beaucoup et qui ne prennent pas de poids, d’autres qui font très attention à ce qu’elles consomment sans pour autant arriver à mincir. De même, beaucoup de personnes ont déjà fait l’expérience de faire un bon repas, plus copieux que d’habitude, dans la bonne humeur et la convivialité sans pour autant prendre du poids et un autre jour de faire un repas léger dans le stress, après une mauvaise nouvelle et de prendre du poids.

La mesure calorique d’un aliment est une donnée diététique privilégiée par les industriels de l’agro-alimentaire. Elle représente un argument marketing. L’industrie en profite ainsi pour faire de gros profits par la vente de produits, qui sont chers à l’achat, de médiocre qualité et d’un coût de fabrication faible. Malheureusement, des professionnels continuent à entretenir le dogme de la calorie. Si l’histoire des calories est vraie, toute personne qui diminue ses apports alimentaires et qui augmente son activité physique devrait perdre du poids facilement. Ce n’est pourtant pas le cas.

L’OMS nous dit que « les besoins énergétiques d’une personne sont définis comme étant «  la quantité d’énergie nécessaire pour compenser les dépenses, et assurer une taille et une composition corporelle compatible avec le maintien à long terme d’une bonne santé, et d’une activité physique adaptée au contexte économique et social ». Cette simplification nutritionnelle masque une réalité, notre corps est un organisme complexe qui ne fonctionne pas que par un apport calorique. Ce manque de regard global sur le corps humain est responsable de l’incompréhension de millions de personnes face aux modifications de leur poids.

Il existe des mécanismes hormonaux de la régulation du poids, influencés entre autres par les hormones du stress et par certains polluants, connus sous le nom de perturbateurs endocriniens, que nous ingérons tous les jours. C’est une des raisons pour laquelle nous ne prenons pas du poids uniformément sur tout le corps. La prise de poids peut également suivre un évènement très fort sur le plan émotionnel et très mal vécu, qu’on appelle choc émotionnel.

 

Il est scientifiquement identifiée aujourd’hui que pour une alimentation similaire, une personne mincit plus difficilement ou prend du poids plus facilement lorsqu’elle est stressée ou qu’elle ne dort pas assez. Il existe d’autres paramètres qui influencent notre poids mais ces deux là montrent de manière significative que la calorie ne fait pas tout. De plus, notre corps ne gère pas de la même manière un apport calorique identique s’il provient d’aliments nommés calories vides (plats préparés, biscuits, barres chocolatées, céréales raffinées, sodas…) ou d’aliments bruts (fruits, légumes, céréales complètes, huile de première pression à froid consommée crue…). Les vitamines, les minéraux et les fibres alimentaires sont extrêmement important pour notre corps et pourtant ils ne fournissent pas beaucoup de calories. Pour cette raison les fruits et les légumes doivent représenter des aliments de premier plan dans notre alimentaire.

Arrêtons d’être obsédés par les calories

La théorie des calories est moralisatrice, culpabilisante et trop simpliste. Si elle était vraie dès que nous consommons plus de calories que nous en dépensons, nous devrions grossir. Or, il est exceptionnel de voir une personne grossir régulièrement même en mangeant trop. La prise de poids s’effectue le plus souvent par palier. On prend 1, 2 ou 3 kilos puis on se stabilise pour quelques mois sans pour autant changer ses habitudes alimentaires et son hygiène de vie. La théorie des calories ne tient plus. Une nutrition saine et une bonne hygiène de vie vont bien au-delà des calories et sont beaucoup importante que celle-ci pour l’équilibre pondéral. Il serait temps de le comprendre pour le bien de tous.

La théorie des calories a contribué à ce que des millions de personnes suivent des régimes hypocaloriques et des régimes hyperprotéinés, qui brutalisent l’organisme, avec pour conséquences de le fatiguer et de l’encrasser, d’aboutir à des troubles du comportement alimentaire et de perdre complètement tout repère nutritionnel. Ces régimes ainsi que les produits allégés font toujours recettes en vendant le mirage, le rêve d’une perte de poids facile et rapide.

Faire la chasse aux calories rend un mode alimentaire difficile à gérer. Par lui-même, le contrôle des calories repose sur la privation et la frustration. Il n’est pas possible de suivre un tel mode alimentaire sur le long terme. Ce n’est pas sain. Les personnes qui rentre dans le cercle vicieux des calories deviennent obnubilées par la moindre trace de gras, elles sont en panique si elles ne contrôlent pas les produits qui arrive dans leur assiette. Elles ne peuvent plus profiter de l’aspect agréable d’un repas. Monter sur la balance peut être ensuite une véritable torture. Ces personnes se sont privées, restreintes et ne voient pas de résultats positifs. Pire encore, elles voient parfois leur poids augmenter.

On ne peut pas mesurer l’alimentation qu’en calories. C’est une absurdité. La valeur nutritive d’un aliment n’a rien à voir avec sa valeur calorique. Par exemple, vous consommez une barre chocolatée ou 30 g de fruits oléagineux (noix, noisettes, amande…), vous avez le même apport calorique, mais sur le plan nutritionnel les fruits oléagineux sont largement supérieurs. De plus, la barre chocolatée est bien plus encrassante plus l’organisme avec son sucre, sa farine raffinée, ses graisses hydrogénées ou de palme et ses additifs alimentaire. La prise de poids s’observe beaucoup plus souvent produits aliments très caloriques et très peut nutritifs en vitamines et minéraux en partie en raison de la dénutrition biologique de l’organisme.

Concernant l’absurdité des régimes basés sur le nombre de calories, le docteur Georges Guierre dit très justement que « La théorie des calories assimile l’aliment à une sorte de charbon, et fait négliger  certaines qualités fondamentales comme la vitalisation; à calories égales la toxicité varie avec l’aliment… on peut très bien vivre avec un chiffre de calories au-dessous de la moyenne, si les aliments sont sains et vivants, et être malade en absorbant le chiffre normal, mais en graisses, féculents et charcuteries ».

Notre alimentation doit comporter des aliments pour lesquels notre corps est adapté, c’est-à-dire des aliments bruts, riches en vitamines, en minéraux et en fibres. Il s’agit d’une alimentation qui encrasse peu l’organisme et qui est vitalisante. A l’opposée nous trouvons l’alimentation moderne pauvre en vitamines, minéraux et fibres, composés d’une quantité importante d’aliments morts (les fameuses calories vides), très encrassants et fatigants pour l’organisme. A calories égales, l’alimentation moderne industrielle favorise la prise de poids, quand une alimentation plus respectueuse de notre corps permet de conserver son poids de forme. La relation entre la nourriture et le corps est bien trop complexe pour être réduite à la seule notion de calorie. Par exemple, les aliments bruts favorisent le maintien d’une flore intestinale saine, un des piliers d’une bonne santé.

Manger intelligemment

Pour mincir ou conserver un poids stable, il est indispensable de manger intelligemment. Cela signifie mieux choisir ses aliments et manger à sa faim. Il s’agit d’adopter une alimentation mieux adaptée à notre corps, riche en fibre, en vitamines et en minéraux, et qui limite les hyperglycémies importantes.  Les graisses et les glucides ne font pas forcément grossir. Ils ne doivent pas tous être considérés comme des ennemis. Lorsqu’on cherche à maigrir, notre plus grand ennemi n’est pas la calorie, ni le gras, mais nous même par la perception que nous avons des aliments et des produits alimentaires que nous consommons.

De plus, cette alimentation doit être consommée si possible dans le calme et surtout elle doit être basée sur le plaisir de manger et non de se restriction en permanence. Peu de gens mastique correctement ce qu’ils mangent. Une mauvaise mastication ne permet pas une digestion correcte des aliments. Par conséquent, les aliments mal digérés contribuent au déséquilibre de la flore intestinale, ils encrassent et fatiguent l’organisme. Manger dans le calme et bien mastiquer sont deux éléments trop souvent négligés pour contrôler son poids.

Enfin, il est important de retrouver le plaisir de manger et de préparer des produits bruts, d’éviter la consommation de produits alimentaires trop raffinés. Il est indispensable de supprimer les régimes amaigrissants et réintroduire les bases d’une hygiène de vie saine. Les régimes amaigrissants miracles n’existent pas et vous le savez depuis longtemps.

 

Témoignages sortir de l'obsession des calories

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Raphaël Perez

Auteur de 5 livres sur l'alimentation et la santé naturelle
Voir le profil de Raphaël Perez sur le portail Overblog

Commenter cet article

Emmanuel Fredenrich 12/06/2013 18:37

Je suis tout à fait d'accord avec cette vision des choses !

Selon moi, l'aspect qualitatif des aliments est bien trop souvent omis au profit de cette sottise que sont les calories : ce n'est qu'un prétexte pour que les gens continuent de consommer des
produits sucrés qui sont la véritable cause de la crise de poids actuelle dans les pays industrialisés.

C'est terrible de voir que l'argent peut mener à de tels mensonges, et heureusement que grâce à internet la population commence à ne plus accepter ces mensonges.

Raphaël 14/06/2013 08:08



C'est vrai qu'il est dommage que l'aspect qualitatif des aliments soit délaissé au profit de l'obsession des calories, même chez de nombreux professionnels.



SAADA BRIGITTE 13/05/2012 09:17

Bonjour, je partage votre idée de dire que la calorie n'est pas seule responsable du poids et vous invite à découvrir mon livre 'La calorie ne fait pas le poids' de Brigitte Saâda sur Amazon.

Brigitte Saâda

Raphaël 18/05/2012 09:42


Bonjour, Il est important de dire enfin la vérité sur les calories. J'essayerai de faire une petite présentation du livre et un lien avec votre site. Je pense que s'est une bonne chose. Bonne
journée.