Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Blog du Dr Raphaël Perez
  • : "Prendre sa santé en main" "Créer une meilleure qualité de vie"
  • Contact

Qui est Raphaël PEREZ ?

Dr Raphaël Perez
Docteur en pharmacie, Nutritionniste, expert en santé naturelle et en jeûne

Coach de motivation et accélérateur de réussite

Consultation sur rendez-vous par téléphone ou visiophone (skype) depuis 2011.

Tél : 06-29-39-51-00
Mail : raphperez@free.fr

Description : suivis personnalisés pour obtenir une hygiène de vie et alimentaire plus respectueuse de son corps et de son mental

Séminaires de jeûne, de santé, de gestion du stress et libération des émotions

Séminaires de motivation et de conditionnement mental pour réaliser ses objectifs

 

Partenaires

Dr Raphaël Perez
Docteur en pharmacie, Nutritionniste, Coach expert en santé naturelle et en jeûne

Consultation sur rendez-vous par téléphone ou visiophone (skype) depuis 2011.

Ustensiles de cuisson à basse température
Bio et Bien-être

Bio et Bien-être

France-sites

france-sites

link

30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 17:03

Etre acteur de sa santé

 

           Cette phrase est de plus en plus à la mode et pour cause. D’un côté, l’assurance maladie récence chaque année plus de malades que l’année précédente. En 2003, l’OMS révélait que la prévalence mondiale des maladies chroniques était de 46% pour l’année 2001 [1], et ses estimations laissent présager qu’en 2020 elle sera de 57% [2]. Plus clairement, environ un être humain sur deux est aujourd’hui atteint d’une maladie chronique. De l’autre, toutes les équipes scientifiques qui se penchent sur la question s’aperçoivent de l’importance d’une hygiène de vie saine dans la prévention et l’amélioration des maladies.

           Sachant que nous sommes responsable en grande partie de notre hygiène de vie (tous les paramètres sur lesquels nous pouvons influer), nous sommes donc acteur de notre santé. Je ne dis pas que les personnes qui sont malades choisissent d’être malade, mais que nous avons tous les jours la possibilité d’améliorer notre état de santé.

Tout d’abord, nos choix éclairés en matière d’alimentation. S’éloigner des produits industriels est une très bonne chose car ils sont généralement gras, sucrés, salés, contiennent des aliments raffinés (farine blanche, huile extraite à chaud ou avec des solvants ou encore hydrogénée). Ils ne possèdent pas ou très peu de vitamines et de sels minéraux, ils contiennent très souvent des additifs alimentaires et des produits chimiques. Ils ne peuvent pas entretenir une bonne santé.

           Redécouvrir les fruits et les légumes. Les recommandations officielles françaises parlent de manger au moins 5 fruits et légumes par jours soit environ 400 grammes, et les recommandations les plus élevées sont de dix par jours soit 800 grammes. Une chose est sûre, nous n’en consommons pas assez. A peine 12% de la population française en mange quotidiennement 5 par jours. Et pourtant nous en avons un grand besoin. Presque tous les français sont déficitaires en un ou plusieurs sels minéraux et/ou vitamines. Il est observé des déficits en ces éléments dans la plupart des situations pathologiques, surtout dans les états chroniques.

           Pour rester dans le domaine alimentaire, il est important de ne pas faire des mélanges que notre corps n’arrive pas à digérer. Seuls les nutriments que nous assimilons peuvent nous être bénéfiques. Avoir une alimentation trop complexe ne permet pas d’obtenir une bonne digestion donc une bonne assimilation. Ainsi la nutrition de l’organisme est loin d’être optimale.

           Ensuite, nous devons écouter notre corps. Lorsque nous sommes fatigués, nous devrions augmenter la durée de notre sommeil à la place de prendre des stimulants, comme le café, pour lutter contre la fatigue. Notre corps produit des hormones à certaines heures, indispensables au bon fonctionnement du corps. Si nous ne dormons pas à des heures physiologiques, la production d’hormone est plus faible et notre récupération moins bonne. C’est le cas de la mélatonine, qui est produite de manière plus importante pendant la nuit avec la diminution de la luminosité. En restant réveillé tard dans une lumière franche, la sécrétion de mélatonine est réduite.

           Notre corps a également besoin d’activité physique. Selon l’OMS, en 2002, 60 à 85% de la population mondiale était trop sédentaire, pays développés et en voie de développement confondus [3]. Une enquête de l’OMS montre qu’entre 1960 et 2010, la distance moyenne parcourue par un français serait passée de 7km à 300 mètres par jour. Les études réalisées sur l’activité physique montrent qu’un effort physique comparable à 5 km de marche quotidienne serait nécessaire pour avoir un impact vraiment favorable sur la santé. [4]. C’est pourquoi la FAO et l’OMS recommandent 30 minutes minimum de marche par jour et conseillent même de marcher pendant une heure. L’activité physique permet de maintenir un bon tonus musculaire, une bonne qualité musculaire, mais ce n’est pas tout. Elle engendre un meilleur équilibre hormonal favorisant le bon fonctionnement du corps. Elle provoque une dépense énergétique saine qui participe à une bonne récupération. L’activité physique est responsable d’une bonne oxygénation de l’organisme, chose très importante puisque toutes nos cellules ont besoin d’oxygène pour fonctionner et qu’un manque entraine le ralentissement de leur activité.

           La respiration est également essentielle à notre vie puisque sans oxygène nous mourrons. Sans aller jusqu’à cette extrémité, une oxygénation insuffisante de l’organisme entraîne un ralentissement de ses fonctions. Beaucoup de personnes sont sous-oxygénées en raison d’un manque d’activité physique et d’une respiration incomplète. L’activité physique, même modérée, nous oblige à absorber plus d’oxygène et par l’augmentation du débit sanguin, elle améliore la disponibilité en oxygène pour les cellules. La respiration est incomplète généralement parce nous n’utilisons pas correctement notre diaphragme. Il ne faut pas respirer que par la poitrine mais aussi par le ventre ; au cours de la respiration normale le ventre se gonfle à l’inspiration et se dégonfle à l’expiration. La respiration par le ventre est bien plus ample et complète, elle permet d’absorber un volume d’oxygène bien plus important. Ce sont les personnes stressées qui respirent peu ou très peu par le ventre car le stress, surtout prolongé, engendre une crispation musculaire qui limite le mouvement naturel du diaphragme. Comme le stress et la respiration sont liés, l’amélioration de sa respiration a un effet favorable sur l’intensité du stress ressenti. Enfin, la respiration peut aussi être incomplète parce que la musculature au niveau de l’abdomen et des côtes n’est pas assez développée et tonique, d’où l’importance de l’activité physique.

           La relaxation concerne tous les moments de détente et de repos que nous pouvons avoir (sommeil, sieste, détente dans un endroit calme et apaisant, la contemplation d’un paysage agréable, l’écoute d’une musique calme, la pratique d’une activité calme comme le dessin, la broderie…). La relaxation est aussi importante que l’activité. Elle permet d’atténuer le stress, de se détendre, de régénérer l’énergie de l’organisme et de fournir un équilibre avec la vie moderne qui se déroule à toute vitesse. Notre corps a besoin d’un équilibre entre activité et relaxation pour pouvoir bien fonctionner et que nous ressentions un bien-être. Malheureusement, avec notre le mode de vie moderne nous cherchons toujours aller plus vite. Dans les moments où nous pouvons nous détendre, nous vivons souvent dans le stress parce que nous nous fixons des choses à faire ou des objectifs qui ne nous permettent de ralentir cette vie accélérée et de prendre un peu de temps pour soi.

           Les activités épanouissantes sont très bonnes pour notre équilibre. Parmi ces activités nous trouvons la peinture, le dessin, la musique, le jardinage, le modélisme, le travail avec les animaux… Elles permettent de se libérer l’esprit d’une partie de ses tracas, de se sentir globalement moins stressé. Elles sont une source de satisfaction et elles peuvent être très valorisantes, aspect très important dans notre société où nous avons tant de difficultés à dire ou à récompenser quelqu’un quand il réalise de belles choses. Intégrer des activités épanouissantes dans son emploi du temps permet tout simplement de se sentir mieux, d’obtenir une bouffée d’oxygène dans une vie parfois oppressante.

           La gestion du stress est un comportement trop souvent négligé. Le stress est un état normal nous permettant de mieux réagir face à une situation compliquée. Nous sommes tous soumis au stress, mais le problème survient lorsqu’il devient excessif et qu’il se prolonge dans le temps. A ce moment là, le stress affaiblit l’organisme et il peut avoir une part importante de responsabilité dans le développement des maladies. Apprendre à gérer son stress est donc capital. Pour cela, la technique la plus simple consiste à respirer amplement et calmement par le ventre quand le stress commence à vous submergé et/ou que vous avez des difficultés à vous contrôler. Un autre moyen pour atténuer son stress consiste à prendre du recul sur les évènements et à se rendre compte des choses vraiment importantes (la santé, la possibilité de manger à sa faim, avoir une famille, des amis…). Vous vous apercevrez ainsi que plus de la moitié du stress que vous générez provient de situation d’importance modérées voire faibles. La communication est un paramètre essentiel pour limiter les situations stressantes. En s’expliquant, et non en rentrant en conflit, on arrive à désamorcer des états de stress très importants ou à éviter qu’ils le deviennent. Jacques SALOME a écrit de nombreux ouvrages sur la communication pour pouvoir se libérer du stress engendré par des évènements mal vécus et éviter d’en générer de nouveaux [5]. Réaliser une rupture entre sa vie professionnelle et familiale permet également de détendre et de limiter le stress. Des petits rituels peuvent être instaurés en rentrant du travail pour pouvoir ensuite pleinement profiter de la vie extraprofessionnelle. Vous pouvez vous prendre une douche en rentrant du travail, vous déshabiller et revêtir une tenue décontractée, passer un petit moment dans votre jardin…

 

           Tous ces éléments et comportements, ainsi que certains autres comme l’exposition au soleil, le contact avec la nature (forêt, bord de mer, montagne…), respirer un air pur, boire une eau vitalisante, se respecter…, sont essentiels pour tendre vers une meilleure santé et un véritable bien-être.

           Les maladies ne surviennent pas par hasard. Dans la plupart des cas, notre hygiène de vie joue un rôle très important dans leur développement. Beaucoup de personnes deviennent malades chroniques après des décennies de comportements fragilisant leur organisme. Par conséquent, devenir acteur de sa santé est essentiel ; cela nous responsabilise face à nos comportement et à leurs impacts sur notre santé. C’est percevoir que prendre soin de soi ne veut pas dire se mettre plein de crème sur le corps, avaler beaucoup de pilules et de compléments alimentaires ou encore manger des produits allégés, en ne changeant rien à son à son mode de vie.

           Cette présentation n’est pas destinée à faire de nous des acètes, à nous désocialiser. Elle doit nous faire prendre conscience qu’il existe plein de petites choses que nous pouvons effectuer au quotidien pour améliorer notre état général, sans pour autant avoir une vie complètement différente. Mais aussi que les changements superficiels n’ont généralement que très peu d’impact. C’est par une modification globale plus importante que nous obtenons de bons résultats améliorant ainsi notre état.

           En résumé, être acteur de sa santé revient à prendre soin de son corps (santé, bien-être, estime de soi, valorisation de soi, élimination des tensions parasites…) dans le but principal de se respecter. Avoir du respect pour soi, pour son organisme, est primordial pour vivre dans de bonnes conditions, pour respecter les autres et leur travail, pour moins polluer autour de nous ou encore pour moins détruire la vie sur la planète (déforestation, diminution de la biodiversité…).

[1] http://www.who.int/mediacentre/news/releases/2003/pr20/fr/index.html

[2] OMS, série de rapports techniques 916. Régime alimentaire, nutrition et prévention des maladies chroniques. p4 ou p18 du document PDF : http://www.who.int/nutrition/publications/obesity/WHO_TRS_916_fre.pdf

[3] http://www.who.int/mediacentre/news/releases/release23/fr/

[4] vu sur le site de l’inserm, http://dircom.inserm.fr/synthesedepresse/2010/06/mardi-22-juin-2010.html

[5] site de Jacques Salomé : http://www.j-salome.com/01-info/accueil.php

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Raphaël - dans hygiène de vie
commenter cet article

commentaires

jean Gautreau 15/02/2014 16:45

Pour se protéger de sa santé, encore faut-il se connaître : comment ?
Par une approche psychopédagogique, mettant en adéquation les dispositions du Patient avec les Expertises du Corps Médical au moyen de l’arbre de l’approche des différents facteurs de risques, à savoir :
a) Les facteurs de risques non modifiables ;
b) Les facteurs de risques modifiables ;
c) Les facteurs de risques aggravants.
C’est-à-dire, se protéger contre les multiples facteurs de risques en conciliant Hygiène de vie et vie familiale, et ainsi devenir un Acteur Responsable de sa Santé
Cette approche de la santé fait l'objet d'une vidéo
signé un Patient, impatient d'en finir après 7 interventions cardio-vasculaire.

concours aides soignants 31/01/2012 21:21

Je pense qu'habiter dans un pays où l'industrialisation est minime est le meilleur moyen d'échapper à ce type de maladie!

Raphaël 02/02/2012 09:16



C'est vrai que de vivre dans un pays de faible industrialisation permet de se soustraire à de nombreux éléments contruant au développement des maladies de civilisation. Malheureusement, les
grandes villes dans ces pays donnent de plus en plus facilement l'accès à des produits alimentaires néfastes. Ainsi beaucoup de pays d'Amérique du sud et d'asie voient leur taux de maladies
chroniques flamber.


Nous pourrions dire qu'en plus de vivre dans un pays de faible industrialisation, il est préférable de vivre éloigné des grandes villes. Cette association permet plus facilement de vivre de
manière traditionnelle.