Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog du Dr Raphaël Perez

"Prendre sa santé en main" "Créer une meilleure qualité de vie"

Grippe A 1ère partie

La fameuse grippe A

 

Le seul nom grippe A fait beaucoup parler, que ce soit pour faire peur, pour vanter les bienfaits de la vaccination, pour critiquer les vaccins ou encore pour critiquer les procédures de vaccination. Appeler d’abord grippe porcine, son nom a rapidement changé en grippe mexicaine pour limiter les pertes économiques liées à une baisse de la consommation de la viande de porc. La grippe mexicaine est ensuite devenue la grippe A ou H1N1 pour éviter les pertes économiques liées au tourisme au Mexique.

De nombreuses personnes ne veulent pas se faire vacciner par peur des vaccins. D’autres tremblent rien qu’en imaginant la possibilité d’avoir les symptômes de la grippe A. Il faut dire que les statistiques sont alarmantes. Il y aurait actuellement plus de 5 millions de personnes qui auraient développés les symptômes de la grippe A, mais ce « méchant » virus a-t-il vraiment fait autant de victimes ?

Il est intéressant de remarquer que cette année la grippe saisonnière est passée assez inaperçue et n’est pas présentée comme dangereuse alors que chaque année on nous rabat les oreilles avec elle. Les médias n’en parle presque pas, la vaccination contre la grippe saisonnière, bien qu’existante, n’est pas d’actualité alors que sut toute la planète elle est pourtant liée à plus de décès que la grippe A depuis ces 8 derniers mois.

De plus, un autre fait très intéressant correspond à la manière dont les personnes atteintes de la grippe A sont répertoriées. Je vais donner un exemple simple parmi les nombreux cas qui se produisent quotidiennement. C’est le cas d’une famille avec deux enfants qui avaient des symptômes de maladies aiguës. Leur médecin de famille, après une investigation « des plus sérieuses », a conclu à deux cas de grippe qu’il a répertoriée dans son compte rendu. Les deux enfants ont bien eu une maladie aiguë. Le premier a eu un symptôme grippal mais rien ne preuve que le virus pandémique A H1N1 est lié à ses troubles. Aucune investigation véritable permettant de le déterminer n’a été effectuée. L’autre enfant a été ramené par ses parents chez le médecin trois jours plus tard. Il se rend compte qu’il s’est trompé dans son premier diagnostic et que l’enfant a une otite. Je me demande si ce médecin a fait un nouveau comte rendu pour dire qu’il s’était trompé et qu’il fallait enlever un cas de grippe dans les statistiques.

Il est aussi curieux de remarquer que cette année l’Institut National de Veille Sanitaire (INVS) communique des bulletins hebdomadaires sur l’évolution de la grippe A mais que ceux de la grippe saisonnière ne sont pas mis en ligne alors que chaque année c’est le cas. Il est, comme par hasard, très difficile d’obtenir des chiffres montrant les cas avérés de grippe A et de grippe saisonnière. Aucun chiffre réel ne pourra être diffusé. Et pour cause, pour différencier les deux types de grippe il faut déterminer les souches virales car les symptômes sont les mêmes. Il existe bien des cas possibles ou probables de grippe A mais le seul moyen de confirmer un cas est de faire une analyse génétique du virus en laboratoire.

Est-ce que chaque personne avec des symptômes grippaux a subi un prélèvement pour qu’une analyse permette de confirmer chaque cas suspecté ? Bien sûr que non. Je connais plusieurs personnes qui ont eu comme diagnostic d’avoir eu la grippe et aucune investigation complémentaire n’a été effectuée. Alors comment peut-on avoir une idée précise de l’impact réel de la grippe lié au virus « pandémique » par rapport aux cas de grippe saisonnière.

Lorsque cette question est posée, il est généralement répondu que le prix d’un test de dépistage de la grippe A est de 250€. De plus, comme le traitement pour les deux grippes est le même, excepté la « prévention » avec deux vaccinations différentes, le test serait donc inutile. Conclusion, on ne saura jamais combien de personnes ont développé les symptômes de telle ou telle grippe, ce qui arrange bien les autorités qui n’auront pas de comte à rendre tout en essayant de vous faire subir une double vaccination contre la grippe.

 

Une autre chose très curieuse s’est produite depuis le début de la soi-disant pandémie. Des matchs de football ont été annulés parce que trois joueurs au sein d’une équipe avaient des symptômes grippaux, il y avait un risque théorique de contamination qu’il fallait à tout prix éviter. Le risque était donc pris très au sérieux. Dans le même temps, on remarque que chaque week-end des centaines de milliers de personnes se retrouvent dans des enceintes sportives pour assister à des évènements sportifs sans que le moindre contrôle ne soit effectué quant au risque de propagation du virus. De même, des écoles ont été fermées parce que trois enfants au sein d’un établissement avaient les symptômes d’un état grippal dans le but d’éviter les risques de contamination aux enfants en bonne santé. De nouveau, il est remarquable de voir qu’à l’inverse de nombreux enfants et adultes se regroupent dans les marchés de Noël sans aucune mesure de précaution. Les supermarchés, les transports en communs dans les grandes villes ainsi que les évènements importants telles que la fête des lumières à Lyon drainent des dizaines ou des centaines de milliers de personnes parmi lesquelles il est possible que quelques personnes « contagieuses » se mêlent à la foule.

 

En France métropolitaine, l’INVS déclare que 164 personnes sont décédées à cause de la grippe A et que 890 cas graves ont nécessités une hospitalisation sur 5,3 millions personnes recensées comme malades depuis le mois d’août. Il faut savoir qu’en moyenne, 2,5 millions de personnes développent les symptômes de la grippe saisonnière chaque année et que 2 500 à 5 000 décès y sont liés. Comme nous l’avons expliqué précédemment, cette année aucune distinction n’est faite entre les cas de grippe A et de grippe saisonnière, sauf pour les quelques cas analysés en laboratoire. Cela permet de bien relativiser l’impact de la grippe A surtout qu’en France de nombreux cas répertorié comme grippe A n’ont aucun rapport avec le virus « pandémique ».

De plus, à l’heure actuelle plusieurs études dans différents pays montrent que le taux de mortalité lié à la grippe A est similaire à celui de la grippe saisonnière, ce qui est très loin de la pandémie tant annoncée. La proportion de décès liée au virus de la grippe A représente actuellement 26 décès pour 100 000 cas clinique de cette grippe. Ces résultats ont été publiés il y a quelques jours sur le site du British Medical Journal. Les fameuses pandémies avec lesquelles la grippe A est comparée avaient un taux de mortalité 10 à 100 fois plus élevé. Il est aussi très intéressant de remarquer que les taux de mortalité rapporté par la Grande Bretagne, les Etats-Unis et d’autres pays sont relativement proche mais bien en dessous du taux annoncé par la France. Selon les bulletins épidémiologiques tout autour de la planète, le pic épidémique est passé sauf en France qui représente encore une belle exception. Il doit surement y avoir un microclimat favorable à la grippe A que nos voisins ont la chance de ne pas avoir. Peut-être que le virus français s’arrête à la frontière comme ce qui est arrivé il y plus de 20 ans avec le nuage de Tchernobyl.

 

Pour en finir avec cette première partie sur la grippe A, je voulais parler du fameux « état d’alerte » dans les aéroports. Dans le monde, certains aéroports se sont munis de caméras thermiques infrarouges destinées à détecter si une personne à de la fièvre. Cette caméra s’apparente à un thermomètre très couteux. Elle décèle bien les personnes fiévreuse mais un gros problème persiste toujours, la détection s’effectue dans l’aéroport c’est-à-dire une fois que le malade a pu rentrer en contact avec plein de monde et leur transmettre potentiellement le virus (ouh !!! ça fait peur). Encore une fois une grosse dépense garantissant une sécurité absolue !

Peu d’aéroport se sont équipés de cette caméra mais les aéroports font passer le message que la grippe est très dangereuse. Enfin, les aéroports en général c’est beaucoup dire car c’est surtout dans les aéroports français qu’on entend en boucle des messages sur la grippe A. C’est le constat que j’ai fait à la fin du mois de septembre en voyageant à travers l’Europe. Il n’y a qu’en France que j’ai entendu parler de la grippe A, des risques de contamination, du fait qu’il fallait bien se laver les mains plusieurs fois par jour, utiliser des solutions hydro-alcooliques et que le port du masque était recommandé. En Allemagne, en Grèce et dans d’autres pays européens il n’y a pas de messages en boucle en rapport avec la grippe A. Je connais plusieurs personnes qui ont voyagé en Europe et qui ont fait les mêmes constats. Alors, que penser ? Les aéroports français font une magnifique campagne de prévention et nous informe des mesures importantes à prendre face à un virus « très dangereux » ou ces messages font simplement partis de la campagne générale sur les risques liés à la grippe A et des produits à acheter pour s’en protéger. Pourquoi les aéroports dans les autres pays européens ne font pas les mêmes communications ? Soit cela ne sert à rien, soit leur pays ne possèdent pas de laboratoires fabricants les vaccins ou encore ils cachent la vérité ! Je vous laisse le soin de répondre par vous même. Toujours est-il que dans les aéroports étrangers que j’ai traversés, je n’ai pas entendu des messages de psychose médiatique sur la grippe A.

Après ces constats, on peut donc sérieusement se demander plusieurs choses. D’abord, est-ce que les autorités n’ont pas cherché à nous vendre « une grippe très dangereuse » pour bien d’autres raisons que l’aspect sanitaire. Ensuite, s’il n’y a pas des intérêts commerciaux bien plus importants que les risques de la grippe. Enfin, si la peur transmise à la population par rapport à la pandémie est bien justifiée.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0

À propos

Raphaël Perez

Auteur de 5 livres sur l'alimentation et la santé naturelle
Voir le profil de Raphaël Perez sur le portail Overblog

Commenter cet article