Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog du Dr Raphaël Perez

"Prendre sa santé en main" "Créer une meilleure qualité de vie"

Les règles d'or de la détoxination

Les règles d’or de la détoxination

La détoxination est devenue à la mode. Jeûne, diète, drainage du foie, des reins, méthodes de sudation, etc. sont quelques uns des procédés de détoxination disponible sur le marché. Certaines méthodes sont efficaces, d’autres n’ont aucun intérêt.

Voici en substance ce que beaucoup de personnes perçoivent de la détoxination. Il s’agit de méthodes permettant d’accroître l’élimination des toxines présentes dans le corps. Les toxines encrassent l’organisme et celui-ci fonctionne moins bien. En nettoyant l’organisme des déchets qu’il contient, la détoxination est un moyen de le maintenir en meilleur état et de prévenir le développement des maladies.

Cette présentation est volontairement très vulgarisée et incomplète. Elle correspond à la vision de la détoxination d’une grande majorité de personnes, qui pratiquent régulièrement des cures ou envisagent d’en pratiquer. C’est bien dommage car avec une vision incomplète, la pratique est souvent défectueuse, c’est-à-dire peu efficace quand elle n’est pas négative à long terme.

Lire la suite...

 

1ère règle : agir sur la cause

C’est une bonne chose de comprendre que les toxines ont un impact sur notre organisme. Lorsque les toxines se concentrent dans les cellules, leurs activités se ralentissent. Si la concentration en toxines devient très importante, les cellules peuvent même en mourir. C’est ce qu’on peut observer dans certaines pathologies (diabète de type 2, maladie d’Alzheimer, etc.). Les toxines peuvent aussi être stockées dans des zones. C’est le cas de la goutte et des inflammations des articulations.

Si l’organisme stocke des toxines, c’est pour se protéger de leur toxicité. En effet, tout organisme vivant tant naturellement à se maintenir en vie le plus longtemps possible et dans les meilleures conditions possibles. Pour cela, il tente de protéger ses organes les plus importants (cerveau et cœur en priorité). Avant de stocker des toxines, l’organisme en évacue le plus possible. Le stockage des toxines ne survient donc pas par hasard. Il est la conséquence d’une capacité insuffisante pour les évacuer. Celle-ci a trois origines :

  • Des apports extérieurs trop importants (alimentation, mauvaise digestion, pollution) ;
  • Une production trop importante (activité physique excessive, stress, métabolisme des aliments consommés) ;
  • Une élimination trop faible (organes excréteurs affaiblis, état énergétique insuffisant, manque de repos).

Faire une cure de détoxination pour réduire fortement la toxémie est une bonne chose. Cependant, elle doit être associée à une amélioration de l’hygiène de vie pour avoir une réelle efficacité en profondeur.

 

2ème règle : ne pas présumer de ses forces

Toutes les activités de l’organisme, même la fonction d’élimination des toxines, demandent de l’énergie. Par conséquent, il est judicieux de faire une détoxination adaptée à son état énergétique. De plus, les organes excréteurs sont mis à forte contribution pour excréter et permettre ensuite l’évacuation des toxines à l’extérieur de l’organisme.

Lorsqu’un organe excréteur est fatigué, l’intelligence interne de notre corps le met dans un repos relatif et demande à un autre organe excréteur de prendre le relais d’une partie du travail de l’organe fatigué. Par exemple, une personne qui transpire beaucoup a bien souvent des reins fatigués ou en tout cas dépassés par le travail d’excrétion qui leur est demandé. Si vous êtes fatigué, que vous manquez de sommeil et que vous faites encore plus de travail et que vous vous accordez moins de repos, que se passe-t-il ? Vous allez être encore plus fatigué !

Un certain nombre de méthodes et de produits stimulent les organes excréteurs pour augmenter leur travail d’élimination de toxines. Or faire travailler un organe fatigué est la pire des choses à faire. En pratiquant de la sorte, cet organe se fatigue un peu plus. Nous ne connaissons pas avec précision l’état de nos organes. Seule l’intelligence interne de notre corps connait vraiment la situation. Il faut alors simplement lui donner les moyens de gérer la surcharge en toxines comme elle l’entend pour éviter de surmener un organe fatigué. Pour cela, la meilleure chose à faire est d’alléger les sollicitations quotidiennes que nous imposons à notre corps.

 

3ème règle : combler la déminéralisation de son corps

Une cure de détoxination n’est pas particulièrement difficile à réaliser. Pendant une période, on mange peu ou pas, on prend des produits détoxifiants ou on utilise plus ou moins régulièrement des méthodes censées augmenter l’élimination des toxines comme le sauna. Pour éliminer les toxines, l’organisme utilise des vitamines et des sels minéraux. Il les trouve soit dans l’alimentation soit en puisant dans ses réserves.

L’utilisation des sels minéraux est un des trois procédés de neutralisation des toxines que possède l’organisme. Les deux autres procédés sont la dilution avec de l’eau (rétention d’eau) pour réduire l’effet négatif des toxines et le stockage.

La majorité des toxines sont acides. Associées à des sels minéraux, ils forment un ensemble neutre que l’organisme peut éliminer. L’utilisation puis l’élimination des sels minéraux est un processus normal de la détoxination. Lors d’une cure de détoxination, les besoins en vitamines et en sels minéraux augmentent, mais chez beaucoup de personnes les apports n’augmentent pas ou trop peu. Dans ces conditions, elle possède un effet déminéralisant particulièrement lorsqu’elle est répétée plusieurs fois par an. Au début, la déminéralisation passe souvent inaperçue, mais après 10 ou 15 ans, les effets deviennent visibles, particulièrement pour les personnes minces. En effet, les personnes avec une réserve de graisses plus conséquentes stockent beaucoup de toxines dans leur tissu adipeux. Elles sont souvent moins déminéralisées mais conservent les toxines dans leur corps.

Je souris quand une personne me demande s’il n’y a pas de risque de se déminéraliser durant un jeûne. Bien sûr que oui, il y a un risque. Cependant, une préparation et une sortie de jeûne correctes permettent de compenser les pertes minérales qui se produisent au moment même du jeûne. Une personne qui jeûne correctement présente moins de risque de déminéralisation prématurée qu’une personne faisant des cures détox sans prendre la moindre précaution.

Je déconseille toutes les pratiques de détoxination qui ne sont pas accompagnées d’une modification de l’alimentation et de l’hygiène de vie pendant et au moins dans les semaines qui suivent la cure. Sans cela, l’efficacité de la détox est faible et le risque de déminéralisation est bien présent.

Pour ralentir ou stopper la déminéralisation, et éventuellement envisager une reminéralisation, il n’y a pas cinquante moyens. Il faut apporter des sels minéraux sous forme minérale en grande quantité et très peu d’éléments acides. Ce sont principalement les légumes frais et dans une moindre mesure les fruits non acides qui permettent d’obtenir un tel résultat.

Je vous souhaite de faire bon usage de ces règles.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Raphaël Perez

Auteur de 5 livres sur l'alimentation et la santé naturelle
Voir le profil de Raphaël Perez sur le portail Overblog

Commenter cet article

J-B Voinet 31/05/2015 23:50

Merci

dietetique-a-domicile.com 18/12/2013 11:24

Article vraiment très intéressant. Je pense aussi qu'il faut faire attention à la manière dont on détoxifie son organisme. Cela peut avoir de telles conséquences (carences) qu'il vaut mieux se
renseigner avant ou être conseiller par des personnes compétentes.

Raphaël 19/12/2013 09:04



C'est bien vrai. Si ce n'est pas effctué correctement, le développement des carences est favorisé.



Jacques 07/12/2013 13:15

Bonjour,

De très bons conseils ! merci.