Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog du Dr Raphaël Perez

"Prendre sa santé en main" "Créer une meilleure qualité de vie"

Limites des bénéfices pour la santé des fruits et des légumes dans l’alimentation

Limites des bénéfices pour la santé des fruits et des légumes dans l’alimentation

 

Au cours de ces dernières, quelques études sèment le doute sur l’intérêt de consommer des fruits et des légumes. Elles rapportent principalement que la consommation de ces aliments n’apporte que très peu de bénéfice sur le risque de développer le cancer. De plus, d’autres études ont montré que le fructose, sucre des fruits, favorisait le développement de maladie (surpoids, cancer, maladies cardiovasculaires, troubles hépatiques, et.). Avec de telles informations, il est très facile de se dire que les fruits et les légumes n’apportent pas véritablement de bénéfices pour la santé et qu’ils peuvent même être néfastes. Elles n’aident pas la population à établir une meilleure hygiène alimentaire. Pourquoi faire des efforts pour manger des fruits et des légumes qui ne me serait d’aucune utilité pour la santé qu’un bon steak et des pâtes souvent plus appréciés ?

 

Les études réalisées ne sont pas mauvaises en elles-mêmes, mais elles ne permettent de percevoir réellement les bénéfices de la consommation des fruits et des légumes. Ces derniers sont pourtant des aliments essentiels à une bonne santé. Alors comment se fait-il que des très peu de bénéfices associés à leur consommation et même un risque plus grand de développer certaines maladies ?

 

Ces études observent principalement l’alimentation avec des chiffres, c’est-à-dire la quantité de chaque aliment consommé quotidiennement. Cette manière de faire est une référence puisqu’elle est facile à appliquer par les scientifiques. Pourtant, elle est très réductrice. La compréhension des effets bénéfiques ou néfastes de l’alimentation doit passer par un regard beaucoup plus large.

 

Certains repas sont beaucoup plus difficiles à digérer que d’autres. Les aliments qui composent un repas sont bien plus bénéfiques à l’organisme quand ils sont correctement digérés. La composition de chaque repas est aussi importante que les quantités consommées. Le plaisir de manger est également une composante très peu considérée. Je parle de plaisir de manger et pas d’addiction alimentaire comme c’est le cas avec le besoin de manger du sucré, du pain blanc ou encore de se remplir de féculents (pâtes, pain, riz, pommes de terre, etc.). Un repas de qualité moyenne, apprécié et pris dans une bonne ambiance est bien meilleur pour la santé qu’un repas de meilleur qualité pris dans la contrariété, le stress et la précipitation. Pour finir sur les exemples non pris en compte, il est également possible de citer la vitesse du repas. Un repas pris en 20 minutes et correctement mastiqué est mieux digéré donc plus bénéfique pour la santé qu’un repas englouti en 5 minutes.

 

Simplement avec les exemples présentés, il est aisé de comprendre que deux personnes possédant la même alimentation en termes de quantité quotidienne de chaque aliment peuvent avoir un état de santé très différent. Un aliment peut s’avérer meilleur qu’un autre pour l’organisme, mais les bénéfices qu’il fournit ne sont pas les mêmes selon la manière dont il est mangé. L’état dans lequel l’aliment est consommé possède une influence de taille. Pour la santé du corps humain, un fruit frais, ce n’est pas un jus de fruits. De même, un steak, ce n’est pas une préparation industrielle à base de viande et du riz, ce n’est pas de la pomme de terre. Deux aliments peuvent appartenir à la même catégorie alimentaire tout en aboutissant à des conséquences parfois très différentes sur l’organisme. Dans de nombreuses études scientifiques, la distinction n’est pas faite entre différents aliments d’une même catégorie.

 

L’influence de la composition des repas n’est jamais étudiée. Seule la consommation quotidienne est pris en compte, mais la composition de chaque repas a des conséquences positives ou négatives. Un fruit consommé en dehors des repas est très bénéfique puisqu’il est bien digéré et qu’il contient plein de composants intéressants pour l’organisme malgré son fructose. Un fruit pris en fin de repas alourdi la digestion globale du repas. De plus, le fruit est moins bien digéré et il commence à se fermenter dans l’estomac. Dans ces conditions, il forcément moins bénéfique en fournissant moins d’éléments intéressants pour le fonctionnement de l’organisme et plus de toxines issues de sa mauvaise digestion. Le jus de fruits est encore plus néfaste puisque sa consommation peut être assimilée à la celle d’un soda lorsqu’il est consommé comme une boisson et pas comme un aliment. Je m’explique. Un jus de fruits est un aliment. Ce n’est ni une boisson désaltérante ni une boisson pour accompagner d’autre aliments. Dans ces deux cas, la consommation de jus de fruits devient véritablement néfaste. Les personnes qui consomment plusieurs jus de fruits par jour ont autant de risque de développer des problèmes de santé comme le diabète, les maladies cardiovasculaires, la prise de poids, etc.

 

Je ne suis pas un obsédé des fruits, je me focalise dessus dans cet article car leur situation est très intéressante. Je continu sur cet aliment pour évoqué le lien entre le fructose et les maladies. Comme je l’ai évoqué, les études se basent sur des chiffres, la quantité de fructose consommé. Il est vrai qu’en ayant une consommation importante de fructose, le risque de développer certaines maladies augmente. La consommation abondante de fructose provient généralement des produits industriels contenant des sirops de fructose et des jus de fruits. Le problème se pose déjà beaucoup moins avec les fruits. Encore une fois, la manière de consommer le fruit est importante. En fin de repas, le fructose des fruits n’est pas digérer assez rapidement et devient de l’alcool. Lorsqu’une quantité importante de glucides arrive d’un seul coup dans l’intestin, celui-ci n’arrive pas à assimiler l’intégralité des glucides. Les glucides qui reste dans l’intestin vont fermenter et se transforme en alcool. Cette situation peut survenir avec les jus de fruits s’observe également chez les personnes qui consomment des quantités importantes de fruits secs. Il est maintenant bien établit que la quantité d’alcool absorbée est fortement lié au développement du cancer.

 

L’apport massif de glucide pose un autre problème au-delà de la fermentation. L’assimilation intestinale d’une grande quantité de glucides est néfaste, qu’il s’agisse de glucose ou de fructose. Dans les deux cas, les artères sont endommagées, le foie et le pancréas sont fortement sollicités, le risque de prendre du poids augmente et un état d’addiction alimentaire se développe.

 

Le fruit qui est initialement un aliment bénéfique en étant manger dans de bonnes conditions (entier et en dehors des repas) devient promoteur de maladies lorsqu’il est consommé dans de mauvaises conditions (en fin de repas ou sous forme de jus de fruits pour se désaltérer ou pour accompagner d’autres aliments). Il est aussi important de comprendre que le fructose n’est pas un fruit. C’est un glucide des fruits. Les industriels utilisent régulièrement les termes sans sucre ajouté ou fructose pour rendre leurs produits plus attractifs en leur donnant un côté bénéfique pour la santé. Aucune mention sur les produits industriels ne doit vous faire croire que le produit est bon pour votre santé. Si les industriels faisaient vraiment des produits intéressants pour notre santé, ça se saurait et les maladies chroniques seraient en régression.

 

Enfin, l’accroissement de la consommation de fruits et de légumes est associé à un comportement alimentaire inattendu de la population. Elle devient une justification ou une excuse pour manger des aliments industriels. Beaucoup de personnes imaginent que les fruits et les légumes sont des aliments miracles. Elles pensent ainsi que leur consommation permet de gommer facilement les écarts du quotidien et aboutit inévitablement à une alimentation équilibré. L’augmentation de la consommation des fruits et des légumes dans l’alimentation est bénéfique sous certaines conditions. Si elle intègre une alimentation globale aussi mauvaise ou plus mauvaise qu’avant, il est entièrement normal de ne pas observer le moindre bénéfice sur la santé.

 

La consommation de fruits et de légumes est perçue trop souvent comme l’activité physique. Beaucoup de personnes se donnent bonne conscience par la consommation de ces aliments ou par la pratique de l’activité physique tout en ayant des comportements alimentaires totalement inadaptés.  Elles se déculpabilisent, ce qui n’est pas une mauvaise chose, mais elles mangent moins bien. Ensuite, elles ne comprennent pas pourquoi leur poids et leur état de santé se dégrade ou ne s’améliore pas malgré leur effort. Si l’activité physique est bénéfique pour la santé, elle ne peut pas effacer les conséquences d’une mauvaise hygiène alimentaire. Il en est de même pour la consommation de fruits et de légumes. Un sportif qui mange mal se blesse plus facilement et récupère moins bien qu’un sportif qui mange bien. Une personne qui fait du sport 3-4 fois par semaine a beaucoup de difficulté pour perdre du poids avec une alimentation inadaptée. Une personne peut aussi manger des fruits et des légumes régulièrement sans en tirer le moindre bénéfice dans le cadre d’une alimentation inadaptée.

 

Les résultats des études mettant en avant les bénéfices nuls ou faibles d’une consommation accrue de fruits et de légumes permettent d’identifier une chose essentielle. Ces aliments ne représentent qu’une composante de l’alimentation. C’est l’alimentation dans son ensemble qui doit être repensée pour aboutir à un mode alimentaire adapté puisque manger plus de fruits et de légumes ne signifie forcément manger mieux.

 

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Raphaël Perez

Auteur de 5 livres sur l'alimentation et la santé naturelle
Voir le profil de Raphaël Perez sur le portail Overblog

Commenter cet article

David meneck 21/02/2013 17:39

Très bon article qui souligne bien l'importance de l'alimentation, elle fait à elle seul près de 70% du travail dans un but d'être plus en forme et de perdre du tissus adipeux.

carole70 15/02/2013 11:51

Bonjour, on finit par plus savoir comment faire. Bonne journée

Raphaël 16/02/2013 09:11



Bonjour,


Je suis tout à fait d’accord avec vous. Il devient très difficile de s’y retrouver.


Le vivant est extrêmement complexe. Les scientifiques le savent, mais ils ont souvent recours à des simplifications pour pouvoir étudier un élément particulier.  Cette manière de procédé permet de comprendre des choses spécifiques. Les scientifiques ont recherché et ils recherchent encore l’impact sur la santé de chaque
aliment. Maintenant, ils vont plus loin et ils recherchent l’impact des différentes molécules. Les médias transmettent les résultats provenant de ces études. Malheureusement, l’alimentation ce
n’est pas un aliment ou une molécule. L’alimentation est un tout et les conditions alimentaires peuvent variées.


Une alimentation saine ne peut-être considérée que dans sa globalité comme cela est perçu dans le régime crétois et le régime d’Okinawa. Il faut sortir du nutritionnisme, qui repose sur le
comptage pour obtenir les apports journaliers recommandés, pour retrouver un véritable mode alimentaire sain comme pouvaient avoir nos grands-parents qui vivent ou ont vécu jusqu’à plus de 90
ans. Nos grands-parents ne réfléchissaient à ce qu’ils mangeaient et ils avaient une alimentation saine. Aujourd’hui nous réfléchissons trop pour avoir tant de calories, de glucides, de
vitamines, etc. et nous finissons par consommer ce que nous vendent les industriels (produits enrichis en …, compléments alimentaires, aliments naturellement riche en …) alors que nous devrions
les éviter le plus possible. Même les recommandations nutritionnelles officielles sont biaisées. Des études ont montré qu’elles ne permettent pas de lutter efficacement contre l’obésité et les
maladies chroniques.


Ma réponse est un peu longue mais il est important de comprendre que l’alimentation saine s’obtient par un retour aux sources en retrouvant une simplicité alimentaire et des aliments pas ou peu
transformés.


Bon week end