Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Blog du Dr Raphaël Perez

"Prendre sa santé en main" "Créer une meilleure qualité de vie"

Changer d'alimentation intelligemment

De plus en plus de personnes s'interrogent sur l'alimentation qu'elles doivent adopter pour conserver une bonne santé ou pour améliorer leur état de santé lorsque la maladie s'est installée. Les choix alimentaires sont vastes : sans gluten, sans oeufs, végétarisme, végétalisme, crudivorisme, frugivorisme, macrobiotique, régime paléo, régime ancestral, etc. J'arrête ici cette énumération, mais il est déjà possible de constater qu'il n'est pas simple de s'y retrouver.

Pourquoi choisir un mode alimentaire plutôt qu'un autre ? Peut-être parce qu'un livre intéressant nous y incite. Il se peut que ce soit un ami ou un collègue de travail. Peut-être aussi un article ou une vidéo sur internet ou encore une conférence. Ce qui nous poussent sûrement le plus, c'est le conseil d'une personne qui a réussi à recouvrer la santé en ayant eu le même problème que nous. Il s'agit d'un bel exemple. C'est normal qu'il retienne notre attention.

Toutefois, nous ne sommes pas forcément prêt à supporter les comportements alimentaires actuels de cette personne, même s'il s'agit de l'alimentation idéale de l'être humain. Chaque personne est unique. L'organisme d'un individu n'est jamais exactement dans le même état que celui d'un autre. Il ne dispose pas du même état énergétique, ni même du même état de fatigue de ces différents organes. Enfin, notre mode de vie et l'état de stress dans lequel nous vivons peuvent aussi être très différents.

Pour toutes ces raisons, deux personnes effectuant les mêmes changements alimentaires n'obtiendront jamais exactement le même résultats. Il est même possible qu'une personne voit son état s'améliorer durablement, alors que la seconde voit le sien décliner après avoir ressenti une courte période d'amélioration. Je déconseille de suivre bêtement et brutalement un changement alimentaire radical menant vers une alimentation extrême que votre corps n'est pas toujours en mesure de supporter. Cette vidéo vous explique un peu mieux pourquoi.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Raphaël Perez

Auteur de 5 livres sur l'alimentation et la santé naturelle
Voir le profil de Raphaël Perez sur le portail Overblog

Commenter cet article

audrey 23/10/2015 00:22

Bonjour! Il y a deux choses qui m'interrogent en premier lieu:
1. Comment garder une vie sociale en changeant de manière permanente ses habitudes alimentaires? (étant soumise à une période sans laits, œufs, gluten, sans sucre, sans graisses, je ne peux plus aller boire un verre avec des amis, partager un repas, manger chez ma grand-mère qui est à mille lieux de tout ça comme la plupart des gens soit dit en passant c'est vrai); je finis par rester chez moi toute seule.
2. Où trouver les fameux "accompagnateurs" (sont ils des naturopathes?, parmi eux, tous sont-ils suffisamment formés?)

Raphaël 25/10/2015 20:40

Bonjour,
Je considère que l'alimentation est un choix. La vie sociale fait partie intégrante de notre vie en groupe. Il y a deux manières de voir les choses :
1- Ne plus partager du temps avec ses amis ou anciens amis pour partager un repas ou un verre. Eventuellement se faire de nouveaux amis qui partagent le même mode alimentaire que vous.
2- Garder une alimentation stricte dans son quotidien et s'autoriser quelques écarts pour la vie sociale. Lorsque la vie sociale est trop importante, il est nécessaire de garder une certaine rigueur lors de certains moments de partage.
Sans être strict à 100%, il est possible de ne pas faire tous les écarts proposés ou imposés par les amis et les proches. Mais il est vrai que ce n'est pas toujours facile. Je pense toutefois qu'il est important de garder une vie sociale. Je conseille aux personnes ayant des difficultés avec leurs choix alimentaires d'en parler ou de dire que vous avez un problème de santé ou des analyses médicales limites et dans ces conditions vous devez suivre une plus grande rigueur alimentaire. C'est parfois plus facile d'en parler sous le couvert d'un problème de santé.

Pour répondre à votre 2ème question, les accompagnateurs ne sont pas forcément des naturopathes et tous ne sont pas toujours suffisamment formées car les connaissances sur l'alimentation sont une choses importantes mais je considère qu'elles ne sont pas suffisantes. Pour ma part, j'y ajoute le côté essentiel de la digestion, état de l'organisme et surtout le mental (relation à l'alimentation vis-à-vis du stress, rythme de vie, etc.). Avec une demande de plus en plus éloignée de mon bureau, je travaille presque exclusivement par Skype et téléphone pour les consultations et suivi de nutrition et d'hygiène de vie.